Perdons les raisons! Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Faut-il sauver la planète pour nos enfants et nos petits-enfants? Ainsi posée, la question peut paraître saugrenue tant la réponse – il ne semble pas que plusieurs soient possibles – est évidente: bien sûr que non. Les gypaètes se suffisent à eux-mêmes, comme ce qu’il reste des glaciers, et les fleurs sauvages, et les poissons des lacs et des rivières, et les renards et les chamois. La nature mérite le respect et la considération par ce qu’elle est et parce qu’elle est; la raison pour laquelle la planète doit être sauvée, c’est la planète elle-même.

    Mais un instinct primaire, un réflexe qu’il faut bien dire malheureux, nous pousse à toujours chercher des raisons à toute action, à lui chercher aussi un bénéfice, pour nous ou nos descendants. Jusqu’à présent, cela n’a guère profité à l’environnement. Tout simplement parce qu’aucune raison n’est acceptable unanimement. Toute motivation engendre une contestation, une controverse – et, dans le cas du climat, une perte de temps regrettable. Et parce que, l’humain mis au centre, ce sont son action et son inaction qui accaparent la discussion. L’appel à assurer l’avenir des uns s’apparente à une mise en accusation du passé des autres – c’est à n’en pas douter la base d’un dialogue sain et fructueux... Et ainsi on ergote, et ainsi on argue, et on blâme la viande, on reproche l’avion. Et on s’accable mutuellement, jeunes et vieux, bobos et campagnards. Pendant que fondent les glaciers et que disparaissent des insectes.

    La raison pour laquelle la planète doit être sauvée, c’est la planète elle-même.

    Remettre la principale concernée au centre – ou, mieux, au cœur – de la discussion change la perspective. Croire que l’homme est responsable du changement climatique ou non n’importe même plus vraiment lorsque l’on s’intéresse à la nature. Personne ne veut que les glaciers disparaissent ni ne souhaite que les oiseaux s’étouffent avec des sacs en plastique – et pourtant, c’est ce qui se passe. Si rouler moins permet aux rivières de couler, si voler moins permet aux oiseaux de planer, cela ne suffit-il pas à justifier un effort? C’est à la nature, et à rien d’autre, qu’il faudra penser le 18 juin – et les autres jours. 

    Articles en relation


    Energie: «Tout est problématique»

    La promotion des énergies renouvelables, sur laquelle les Suisses se prononceront le 9 juin, révèle un paradoxe: décarboner ne peut se faire qu’au détriment du paysage et des oiseaux. Pour le philosophe et spécialiste de la durabilité Dominique Bourg, il faut tout simplement consommer moins.


    40 ans de La Salamandre

    Attristé et fâché par le sort que les hommes réservaient à la nature, un jeune Vaudois de 11 ans décidait en 1983 de la défendre avec son appareil photo et la machine à écrire de sa grand-maman. Quarante ans plus tard, Julien Perrot et la Salamandre poursuivent leur mission porteuse de sens.


    Loi sur le climat

    Les Suisses voteront le 18 juin sur la loi sur le climat qui répond aux inquiétudes de l’initiative pour les glaciers. Un nom qui fait mouche: l’attachement aux glaciers est grand, par exemple à Trient (VS). L’étendue de glace y a diminué de 61 mètres entre 2021 et 2022.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La tombe de Steeve

    11-06-2024

    La tombe de Steeve

    Steeve est mort il y a vingt ans, et je ne retrouverais pas sa tombe au cimetière. Pourtant je m’en souviens bien, de sa tombe. Et de cette croix de...

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    11-06-2024

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur...

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    11-06-2024

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    Au 15e siècle, la Ville de Genève avait réuni la population juive dans un quartier spécifique dont les portes étaient fermées la nuit. A la demande d’élus, une plaque le...

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    11-06-2024

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    Il est attaché au sanctuaire marial de Bourguillon, car la Vierge y protège les Fribourgeois, parmi lesquels sa famille occupe une place non négligeable. Mais Jean-Baptiste de Weck est aussi...

    La plante du mois: Le tilleul

    11-06-2024

    La plante du mois: Le tilleul

    Plante et vertus L’odeur des fleurs éveille nos sens, nous prépare aux vacances d’été. Les fleurs du tilleul s’ouvrent vers la mi-juin, attirant par leur parfum fort et doux les insectes...

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    12-06-2024

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un...

    Le déroutant fondateurs des mormons

    12-06-2024

    Le déroutant fondateurs des mormons

    Qui était Joseph Smith (1805-1844)? Le fondateur de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons) a eu une vie romanesque qui laisse pantois. Le bédéaste américain Noah...

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    12-06-2024

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    Depuis 2019, le pays du cèdre affronte sa plus grave crise économique et financière. Le Liban est au plus bas et sa population est l’otage d’une véritable mafia des générateurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés