Le bonheur de Frankenstein Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • On peut imaginer Frankenstein heureux. Une meilleure fin à l’histoire du monstre fait de bouts d’hommes ne dépendait que du bon vouloir de son créateur, le docteur Frankenstein. Dans le processus de création, le plus effrayant est rarement la créature… C’est ce qui peut nous inquiéter avec l’intelligence artificielle (IA). Quelles sont les réelles intentions des développeurs de ChatGPT et autres générateurs de contenus? Ils ne sont sans doute pas de preux et blancs chevaliers au service de l’humanité. Leurs motivations sont au mieux purement scientifiques – ce qui n’est pas forcément rassurant –, mais surtout commerciales. Ou plus inquiétantes encore, ces instruments étant de nature à orienter notre vision du monde en travaillant sur un corpus de données présélectionnées. Cela ne va pas sans biais.

    L’intelligence artificielle nous dépasse, dans le sens où elle va plus vite que nous, qui sommes contraints de courir derrière elle et de nous adapter. Ce n’est pas nouveau: les limitations de vitesse ont été introduites parce que les voitures étaient rapides. La société sait réagir, elle le fera à nouveau. Tout comme l’école, qui l’a déjà fait en intégrant la machine à calculer sans pour autant épargner aux enfants l’apprentissage des livrets.

    L’utilité de l’humain elle-même est mise en cause.

    Que l’on regrette le fiacre et l’effort intellectuel ou que l’on batte des mains à l’orée du règne de la technologie, une posture purement idéologique ne suffit plus. Les questions de notre temps sont graves. Il ne s’agit pas seulement de savoir s’il est utile d’apprendre à structurer un texte qu’une machine peut rédiger pour nous; c’est l’utilité de l’humain elle-même qui est mise en cause lorsque la machine est programmée pour effectuer des actes créateurs.

    Comme le père du monstre qui imitait les hommes, les développeurs de ChatGPT ne semblent guère s’être souciés des questions fondamentales; alors il nous faut réfléchir, sans paresse ni panique, à un usage raisonné de ces nouveaux outils. Dans une perspective transcendantale à laquelle il faut s’accrocher. Afin de rattraper le docteur Frankenstein et d’offrir à sa créature une fin plus heureuse.

    Articles en relation


    Un savoir sans foi ni morale

    Philosophes et théologiens soulèvent en particulier l’absence de sens critique de l’intelligence artificielle. Mais c’est surtout l’absence de sens critique de ses utilisateurs qu’ils redoutent, à l’image de Stève Bobillier, membre de la commission de bioéthique de la Conférence des évêques suisses.


    L’IA se fait une place à l’école

    La plupart des grandes écoles internationales établies en Suisse romande ont déjà mis en place un modus vivendi pour l’intelligence artificielle. Grâce à leur petite taille et leur agilité, elles peuvent implémenter de nouveaux usages plus rapidement que l’école publique.


    Les robots au service de l’homme

    A Lausanne, l’Ecole polytechnique fédérale entend favoriser une approche éthique et utile de l’intelligence artificielle (IA). Elle a ouvert l’automne dernier un centre dédié à l’IA, consciente que l’évolution technologique inquiète, tout comme le pouvoir des acteurs privés du secteur.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La tombe de Steeve

    11-06-2024

    La tombe de Steeve

    Steeve est mort il y a vingt ans, et je ne retrouverais pas sa tombe au cimetière. Pourtant je m’en souviens bien, de sa tombe. Et de cette croix de...

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    11-06-2024

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur...

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    11-06-2024

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    Au 15e siècle, la Ville de Genève avait réuni la population juive dans un quartier spécifique dont les portes étaient fermées la nuit. A la demande d’élus, une plaque le...

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    11-06-2024

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    Il est attaché au sanctuaire marial de Bourguillon, car la Vierge y protège les Fribourgeois, parmi lesquels sa famille occupe une place non négligeable. Mais Jean-Baptiste de Weck est aussi...

    La plante du mois: Le tilleul

    11-06-2024

    La plante du mois: Le tilleul

    Plante et vertus L’odeur des fleurs éveille nos sens, nous prépare aux vacances d’été. Les fleurs du tilleul s’ouvrent vers la mi-juin, attirant par leur parfum fort et doux les insectes...

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    12-06-2024

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un...

    Le déroutant fondateurs des mormons

    12-06-2024

    Le déroutant fondateurs des mormons

    Qui était Joseph Smith (1805-1844)? Le fondateur de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons) a eu une vie romanesque qui laisse pantois. Le bédéaste américain Noah...

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    12-06-2024

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    Depuis 2019, le pays du cèdre affronte sa plus grave crise économique et financière. Le Liban est au plus bas et sa population est l’otage d’une véritable mafia des générateurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés