Valorisés au travail Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Travailler moins pour gagner autant: qui refuserait? C’est ce que suggèrent les partisans de la semaine de quatre jours: trente-deux heures payées à 100%. Alors que de plus en plus d’entreprises offrent la possibilité de faire du télétravail et d’aménager ses horaires à sa guise, certains la considèrent comme le nouveau moyen d’attirer des talents.

    Le jour de congé supplémentaire n’en est pas moins un faux cadeau: le chef d’entreprise qui se lance dans cette aventure s’attend à ce que ses employés, supposés plus reposés, valorisés et heureux, soient aussi plus productifs. Loin d’être un acte désintéressé, il demande un retour sur investissement. Une belle carotte qui cache aussi ses côtés sombres: une flexibilité réduite dans le choix de ses vacances, par exemple, ou le risque d’une intensification du travail.

    L’expérience, encore balbutiante, en particulier en Suisse, manque de cas pratiques pour qu’on puisse en tirer de grandes vérités. La semaine de quatre jours a toutefois le mérite de nous interroger sur notre rapport au travail: ce modèle laisse à penser qu’il serait ce lieu pénible, selon une vision biblique – «J’ai vu la besogne que Dieu impose aux fils d’Adam pour les tenir en haleine», dit l’Ecclésiaste (3, 10) –, où l’on veut passer le moins de temps possible. Comme s’il ne devait répondre qu’à la nécessité de nourrir sa famille et de s’acquitter de ses factures.

    Le jour de congé supplémentaire n’en est pas moins un faux cadeau.

    Or, elle se heurte à un concept très actuel: la recherche du sens dans le travail. Et cela quel que soit le nombre d’heures qu’on y passe. Les employés d’une librairie romande, après avoir testé la semaine de quatre jours durant un an, exprimaient leur désir de se sentir plus utiles, responsabilisés et valorisés. Peut-être gagnerait-on en priorité à améliorer les conditions de travail en réduisant par exemple le nombre de séances, en misant sur la confiance et l’expérience plutôt que sur les audits et autres règles administratives parfois absurdes, en favorisant les échanges humains et la stimulation intellectuelle. Pour que chacun trouve sa place et se sente vraiment valorisé. 

    Articles en relation


    Pères: le défi du temps partiel

    Les papas consacrent toujours plus de temps à leur famille, mais ce sont surtout les femmes qui diminuent leur taux de travail. Les obstacles sont variés pour les hommes qui veulent réduire leur activité. Point de situation à l’occasion de la fête des pères le 4 juin.


    La semaine de 4 jours

    Travailler quatre jours en étant payé pour cinq accroît la productivité: c’est la conclusion d’une expérience menée au Royaume-Uni par 61 entreprises. En Suisse, ce modèle reste rare. Succès et faisabilité ne sont pas garantis.


    Une cathédrale intérieure

    Le psychodrame qui se joue en France autour la réforme de la retraite, dont l’âge légal devrait passer de 62 à 64 ans, nous interroge sur l’idée que nous nous faisons du travail. Certes, même les plus passionnés par leur métier aspirent, un jour ou l’autre, à lever le pied. Mais bon nombre d’opposants à la réforme battant le pavé des villes françaises voient la retraite comme une délivrance après des décennies de dur labeur.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La tombe de Steeve

    11-06-2024

    La tombe de Steeve

    Steeve est mort il y a vingt ans, et je ne retrouverais pas sa tombe au cimetière. Pourtant je m’en souviens bien, de sa tombe. Et de cette croix de...

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    11-06-2024

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur...

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    11-06-2024

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    Au 15e siècle, la Ville de Genève avait réuni la population juive dans un quartier spécifique dont les portes étaient fermées la nuit. A la demande d’élus, une plaque le...

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    11-06-2024

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    Il est attaché au sanctuaire marial de Bourguillon, car la Vierge y protège les Fribourgeois, parmi lesquels sa famille occupe une place non négligeable. Mais Jean-Baptiste de Weck est aussi...

    La plante du mois: Le tilleul

    11-06-2024

    La plante du mois: Le tilleul

    Plante et vertus L’odeur des fleurs éveille nos sens, nous prépare aux vacances d’été. Les fleurs du tilleul s’ouvrent vers la mi-juin, attirant par leur parfum fort et doux les insectes...

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    12-06-2024

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un...

    Le déroutant fondateurs des mormons

    12-06-2024

    Le déroutant fondateurs des mormons

    Qui était Joseph Smith (1805-1844)? Le fondateur de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons) a eu une vie romanesque qui laisse pantois. Le bédéaste américain Noah...

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    12-06-2024

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    Depuis 2019, le pays du cèdre affronte sa plus grave crise économique et financière. Le Liban est au plus bas et sa population est l’otage d’une véritable mafia des générateurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés