Wayne Thiebaud à Beyeler Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Culture
  • Pie Rows (1961). Un tableau typique de l’univers a priori appétissant de Wayne Thiebaud. Pie Rows (1961). Un tableau typique de l’univers a priori appétissant de Wayne Thiebaud.

    Presque jamais montré en Europe, Wayne Thiebaud, décédé il y a peu, est un grand nom de l’art américain du 20e siècle. Restée figurative, son œuvre, alléchante, nourrie de pâtisseries et de couleurs, voile toutefois une certaine nostalgie.

    29A EM13Ce n’est pas un hasard si Wayne Thiebaud (1920-2021) se retrouve aux cimaises de la Fondation Beyeler. La figuration, longtemps rejetée par l’art contemporain, n’est plus snobée. De plus en plus revalorisée lors d’expositions temporaires, elle se porte même bien. Un très bon point pour la fortune post-mortem de Wayne Thiebaud, décédé durant la pandémie sans susciter de grand émoi de ce côté-ci de l’Atlantique à part de faméliques nécrologies.

    Hors des Etats-Unis, cet artiste est très peu connu, mais cela devrait changer. Dans son pays, il est une valeur établie, fameuse. Au même titre qu’Edward Hopper et Georgia O’Keeffe. Deux créateurs qui comme lui ont été des peintres figuratifs, à la marge des courants artistiques du 20e siècle et découverts tardivement par l’Europe. Hopper ( juste avant la pandémie) et O’Keeffe (l’an dernier) ont été montrés chez Beyeler. Avec désormais Thiebaud, une certaine trilogie de la célébrité picturale made in USA se voit bouclée. Et peu importe, dans le fond, si ces trois peintres n’ont pas grand-chose en commun. Sinon d’être aisément abordables, porteurs de propriétés très américaines, mais aussi plus complexes que de prime abord.

    Tartes et machines à sous

    En ce qui concerne Wayne Thiebaud, son œuvre charrie une image globalement très appétissante de l’Amérique. Celle d’étals plantureux de gâteaux colorés, d’avenantes pâtisseries, de bonbons à foison. C’est la culture populaire des diners, des drive-in, les loisirs de la jeunesse d’antan telle que George Lucas l’a immortalisée dans son film American Graffiti. En somme, la vie quotidienne de l’Américain moyen coïncidant avec les espérances démocratiques des Kennedy.

    Cette référence temporelle est importante. Petit-fils d’un immigré suisse, comme il l’expliqua à l’Echo Magazine en 2010 (n°7), Wayne Thiebaud est devenu quadragénaire à cette période. Ses œuvres, peintes à l’âge de sa maturité, quand se fixe son style, ou il y a une poignée d’années, sortent toujours tout droit de la décennie 1960. Elles échappent à l’écoulement du temps quand bien même plus d’une de ses tartes dégouline (de crème, pas de rides). C’est frappant.

    Cet attirail de sucreries, mais aussi d’objets allant des machines à sou à Mickey – le peintre adorait la BD, surtout les comics américains; il travailla brièvement chez Disney, qui le licencia pour avoir tenté de monter un syndicat! –, renvoient à une certaine idée de la nation étoilée: les Etats-Unis des sixties, avec encore un peu de ce qui précède, confiants et rayonnants de fraîcheur avant l’épreuve du Vietnam, première grande perte des illusions du rêve américain.

    Peinture figurative

    Chez Thiebaud, on ne sent pas l’éclat psychédélique de la contre-culture hippie ni l’odeur de brûlé dégagée par la contestation estudiantine. On mange des glaces, consomme, porte le maillot de bain à la plage. On ne semble pas trop réfléchir sous le soleil doré de la Californie. On se fait avant tout plaisir. C’est tout? Non, car on peut déceler une autre dimension dans son œuvre.

    Ce qui pourrait a priori classer Wayne Thiebaud dans le pop art est trompeur. Le peintre californien s’est certes passionné pour les artefacts emblématiques de la culture de masse. Mais son approche diffère de celles d’Andy Wahrol, de Robert Rauschenberg ou de Roy Lichtenstein, lui aussi fan de BD. Thiebaud ne s’intéressait d’ailleurs guère à ce mouvement et refusait d’y être associé, ce en quoi il avait raison. Il était un peintre solitaire qui persista dans la figuration, ce qui n’était pas évident alors que les concepts et les happenings pullulaient.

    On dénote cependant une légère tension vers l’abstraction dans certaines de ses peintures. Elle est superbe dans Femme dans la baignoire (1965): une tête réaliste contraste avec la planéité de la salle de bains, Beyeler évoquant pour l’occasion La Mort de Marat de David et la série de Valentine sur son lit de mort par Hodler. Mais on ne la relèvera pas trop hormis dans l’élan de ses paysages urbains – verticalité des immeubles, montagnes russes des rues de San Francisco – ou dans ses panoramas ruraux avec leurs vastes méandres qui courbent la perspective à la façon des escaliers de Sam Szafran (il y aurait là une confrontation intéressante à tenter). Vertige. Et sensation d’aplatissement. Un plaisir rare.

    30A EM13

    Sous les couleurs, la nostalgie

    Ce sont encore les couleurs de Wayne Thiebaud qui tapent dans l’œil. Elles sont chamarrées, vives, solaires, savent le contraste entre le pâle et le pétant, le blanc cassé et le rose flashy; elles soulignent également la valeur d’un cerne. Sur ce plan, la fondation bâloise pousse un tantinet le bouchon. La technique de Thiebaud n’en fait pas un pointilliste français ou un divisionniste italien. Elle n’a pas la même virtuosité. Cette réserve ne déprécie pas pour autant la séduction patente de ses couleurs.

    Wayne Thiebaud est encore plus passionnant sur un autre niveau, celui de la dimension précédemment évoquée. Elle va au-delà d’une lecture simpliste de son œuvre. Que cache le caractère statique de ses personnages? Comment comprendre le côté répétitif de ses aliments? Sur ce plan, on rejoint tout à fait Beyeler qui invoque la nostalgie, voire même «une pointe de tristesse». Un voile fin sur de muets soupirs.

    Les tartes et les objets sont des artifices de la société de consommation. Ils figent le regard, la mémoire visuelle. Ils miroitent de superficialité et la questionnent comme dans les reproductions de chefs-d’œuvre de Velázquez, Degas, Morandi, Thomas Eakins ou Mondrian monétisés pour une bouchée de pain (35 Cent Masterworks, 1970-72). Sous la surface (presque pas de sourires dans ses toiles: un indice), derrière les promesses du plaisir pointe la solitude, voire le dérisoire: la vanité de la modernité. Thiebaud donne finalement l’impression d’avoir peint des natures mortes américaines du 20e siècle dont il aurait cherché à conserver la part colorée. Leur hédonisme ordinaire voile un souvenir peut-être heureux, mais à la mélancolie en sourdine. 

    Wayne Thiebaud. Fondation Beyeler, Baselstrasse 101, Riehen/Bâle, 061 645 97 00, www.fondationbeyeler. ch, du lundi au dimanche de 10h à 18h (mercredi jusqu’à 20h). Jusqu’au 21 mai.

    Articles en relation


    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un enchantement dû au mouvement lent, infime, perpétuel de ses sculptures.


    Nouvel espace au Zentrum Paul Klee

    Dans le nouvel espace permanent dédié au maître des lieux, le Zentrum Paul Klee (ZPK) consacre son premier FOKUS à Hamed Abdalla (1917-1985), un précurseur de l’art moderne égyptien. Cette découverte en appelle d’autres.


    Expo: L’enfance selon Anker

    Le peintre seelandais Albert Anker (1831-1910) est le sujet de deux expositions, l’une à la Fondation Gianadda à Martigny, l’autre au Kunstmuseum à Berne. L’enfance, qu’il traita abondamment, y apparaît sous un jour sage et bienveillant. Un double événement très suisse.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Marie-Thérèse, c’est moi!

    18-06-2024

    Marie-Thérèse, c’est moi!

    Cela fait trente ans que Marie-Thérèse Porchet connaît en Suisse un succès qui ne se dément pas: son spectacle anniversaire trouve son public. Qui rit même lorsqu’il n’est pas certain...

    Archives: Notre passé conservé

    18-06-2024

    Archives: Notre passé conservé

    Depuis plus de vingt ans, des associations romandes d’archivistes passionnés recueillent et conservent journaux intimes, photos de famille ou encore cahiers de comptabilité de particuliers. Pour éviter que ces trésors...

    Etat, un… état précaire

    18-06-2024

    Etat, un… état précaire

    Si le Conseil fédéral estime que le moment n’est pas opportun, l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont, elles, reconnu il y a peu la Palestine comme un Etat indépendant. Elles...

    Fête de la musique avec Marc Aymon

    18-06-2024

    Fête de la musique avec Marc Aymon

    La musique est en fête en Suisse romande le 21 juin. Ce jour-là, à la Maison de l’enfance et de l’adolescence à Genève, Marc Aymon reprendra quelques airs inspirés de...

    Hypersensibilité des enfants

    18-06-2024

    Hypersensibilité des enfants

    L’hypersensibilité fait partie de ces caractéristiques parfois mises en avant pour justifier des comportements déplacés ou agaçants d’enfants. Le phénomène peut être bien réel et provoquer de l’anxiété; un accompagnement...

    Expo Edouard Vallet

    18-06-2024

    Expo Edouard Vallet

    Il est l’un des grands noms de l’art suisse du début du 20e siècle. Edouard Vallet (1876-1929) magnifia avec simplicité le Valais. Il en donna une image mémorable. Via notamment...

    Abus en Eglise: suite et pas fin

    18-06-2024

    Abus en Eglise: suite et pas fin

    L’évêché de Sion n’a pas toujours réservé un accueil très chrétien aux victimes d’abus. C’est ce qui ressort d’un audit mené par un cabinet indépendant à la demande de l’évêque...

    TV: Les années Boris Johnson

    18-06-2024

    TV: Les années Boris Johnson

    This England est une série qui retrace avec brio et efficacité la vie personnelle et politique de Boris Johnson – superbement interprété par Kenneth Branagh –, à l’époque de son...

    L’animal du mois: Les renardeaux

    19-06-2024

    L’animal du mois: Les renardeaux

    Histoire Les renardeaux. Lors d’une matinée passée à arpenter le Jura vaudois, je m’arrêtai saluer une bergère avec qui j’avais pour habitude de discuter. Nous étions toujours en train d’échanger lorsqu’elle...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés