Adieu grand-père Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Un proche aimant et aimé qui, soudain, n’est plus là. Ne pas avoir eu le temps de lui dire au revoir avant son décès. Ne pas l’avoir revu. Ne pas avoir pu aller à son enterrement, même. Une situation dont beaucoup ont souffert au plus fort de la crise de la Covid-19. J’ai vécu cela avec mon grand-père il y a vingt ans. Et j’ai toujours le sentiment qu’il m’a manqué une étape dans ce deuil.

    Oui, je peux aujourd’hui me recueillir sur sa tombe, spécialement le jour de la Toussaint, comme le fait depuis son enfance le sculpteur des croix du cimetière atypique de Bellegarde (FR) qui nous a ouvert les portes de son atelier. Mais il m’a manqué à ce moment-là un geste, un regard, une parole pour dire au revoir. Pour accepter pleinement de laisser partir l’être cher. Entre le décès et l’ensevelissement, l’espace est souvent là pour une telle étape. Que l’on soit croyant ou non, dans les derniers moments de la vie, les rituels sont une aide pour effectuer ce passage. Dans l’intimité de la famille ou entouré d’une communauté plus large, on fait appel à un prêtre ou à un pasteur pour effectuer un signe de croix, donner une bénédiction, encenser le cercueil du défunt. Voir son corps y reposer et prononcer un discours en son honneur durant une cérémonie: autant d’actes que l’on peut poser. Dans les traditions musulmane et juive, certains proches vont même jusqu’à laver le corps de leur défunt selon un rituel de purification. Une musulmane confie à l’Echo comment le fait d’accomplir ce geste pour sa mère défunte avait apaisé son chagrin.

    Selon plusieurs croyances, les rites doivent être respectés pour que l’esprit du défunt soit en paix. Mais le repos des vivants peut aussi s’en trouver troublé des années après le décès: c’est le cas d’une communauté congolaise qui réclame les ossements d’ancêtres exhumés et conservés à Genève où ils ont été examinés par des scientifiques (pages 18-19).

    «Accomplir ce geste pour sa mère défunte a apaisé son chagrin.»

    Il est essentiel de marquer la séparation, l’adieu. Adieu sur cette terre. En attendant de nous retrouver là-haut, si Dieu le veut. Ou sur l’autre rive, comme le dit ce poème de William Blake où le défunt, symbolisé par un voilier, disparaît à notre vue, mais continue d’exister ailleurs: «C’est ça la mort! / Il n’y a pas de morts. / Il y a des vivants sur les deux rives».

    Articles en relation


    L’AU-DELÀ: 9e édition d’IL EST UNE FOI

    Où allons-nous quand nous mourons? Y a-t-il une vie après la mort, et si c’est le cas, à quoi ressemble-t-elle? S’il est une question humaine fondamentale, c’est bien celle-ci. Religions, croyances, mythologies et rites associés ont tenté d’y répondre depuis la nuit des temps; au siècle passé, médiums et spirites se sont mis à la table de l’occulte; et de nos jours, la science se penche, elle aussi, sur cet autre monde, à travers l’étude des expériences de mort imminente. De même le cinéma, médium prisé de nos représentations mentales mais aussi, vecteur par excellence du «caractère spectral des images filmiques».


    L’au-delà au cinéma

    L’au-delà occupe la place centrale de la 9e édition d’Il est une foi, le rendez-vous cinématographique de l’Eglise catholique romaine à Genève. Du 1er au 5 mai, le festival explore les multiples facettes de la vie après la mort à travers une sélection de films cultes enrichie de débats et d’invités.


    Au chevet des mourants

    Les doulas accompagnent les personnes en fin de vie et leur entourage, leur apportant non des soins, mais de l’attention et en contribuant à leur bien-être. La Vaudoise Vanessa Maier les soutient depuis plusieurs années, soucieuse d’aller à l’essentiel.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Marie-Thérèse, c’est moi!

    18-06-2024

    Marie-Thérèse, c’est moi!

    Cela fait trente ans que Marie-Thérèse Porchet connaît en Suisse un succès qui ne se dément pas: son spectacle anniversaire trouve son public. Qui rit même lorsqu’il n’est pas certain...

    Archives: Notre passé conservé

    18-06-2024

    Archives: Notre passé conservé

    Depuis plus de vingt ans, des associations romandes d’archivistes passionnés recueillent et conservent journaux intimes, photos de famille ou encore cahiers de comptabilité de particuliers. Pour éviter que ces trésors...

    Etat, un… état précaire

    18-06-2024

    Etat, un… état précaire

    Si le Conseil fédéral estime que le moment n’est pas opportun, l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont, elles, reconnu il y a peu la Palestine comme un Etat indépendant. Elles...

    Fête de la musique avec Marc Aymon

    18-06-2024

    Fête de la musique avec Marc Aymon

    La musique est en fête en Suisse romande le 21 juin. Ce jour-là, à la Maison de l’enfance et de l’adolescence à Genève, Marc Aymon reprendra quelques airs inspirés de...

    Hypersensibilité des enfants

    18-06-2024

    Hypersensibilité des enfants

    L’hypersensibilité fait partie de ces caractéristiques parfois mises en avant pour justifier des comportements déplacés ou agaçants d’enfants. Le phénomène peut être bien réel et provoquer de l’anxiété; un accompagnement...

    Expo Edouard Vallet

    18-06-2024

    Expo Edouard Vallet

    Il est l’un des grands noms de l’art suisse du début du 20e siècle. Edouard Vallet (1876-1929) magnifia avec simplicité le Valais. Il en donna une image mémorable. Via notamment...

    Abus en Eglise: suite et pas fin

    18-06-2024

    Abus en Eglise: suite et pas fin

    L’évêché de Sion n’a pas toujours réservé un accueil très chrétien aux victimes d’abus. C’est ce qui ressort d’un audit mené par un cabinet indépendant à la demande de l’évêque...

    TV: Les années Boris Johnson

    18-06-2024

    TV: Les années Boris Johnson

    This England est une série qui retrace avec brio et efficacité la vie personnelle et politique de Boris Johnson – superbement interprété par Kenneth Branagh –, à l’époque de son...

    L’animal du mois: Les renardeaux

    19-06-2024

    L’animal du mois: Les renardeaux

    Histoire Les renardeaux. Lors d’une matinée passée à arpenter le Jura vaudois, je m’arrêtai saluer une bergère avec qui j’avais pour habitude de discuter. Nous étions toujours en train d’échanger lorsqu’elle...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés