Marie-Thérèse, c’est moi! Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Cela fait trente ans que Marie-Thérèse Porchet connaît en Suisse un succès qui ne se dément pas: son spectacle anniversaire trouve son public. Qui rit même lorsqu’il n’est pas certain qu’il soit de bon ton de rire. Que voulez-vous? La dame de Gland n’a pas changé. Il faut croire que son public non plus. Il faut dire, surtout, que nous ne changeons jamais tout à fait. La nature humaine étant ce qu’elle est, nous ne sommes toujours pas parfaits et ne le serons pas demain. Moralement comme dans bien d’autres domaines, convenons-en à regret, nous sommes fondamentalement médiocres – moyens, si vous préférez. Le génie relève de l’extraordinaire, les fées ne se penchant pas sur beaucoup de berceaux.

    Joseph Gorgoni en a en tout cas assez, de génie, pour camper la synthèse des médiocrités humaines. L’oncle raciste? C’est Marie-Thérèse Porchet. La tante portée sur la boisson? C’est elle aussi. Le grand-père homophobe? C’est elle. La cousine médisante? Encore elle. Cherchez n’importe quel défaut, vous le trouverez chez elle. Même lorsqu’elle se discipline, s’efforce d’être plus ouverte et plus tolérante ou sait qu’il ne faudrait pas dire ce qu’elle va quand même dire…

    Cherchez n’importe quel défaut, vous le trouverez chez elle.

    Si ses piques assassines nous amusent autant que certains calembours oubliables (qui se souvient du «Bonne route, Ruth!» lancé à Ruth Dreifuss en 1997?), c’est que l’une ou l’autre n’aurait pas dépareillé dans notre bouche. Nous avons de la sympathie pour elle parce qu’elle nous ressemble, toute proportion gardée. Nous qui, comme elle, essayons de combattre nos mauvaises pensées, nos intolérances, nos sarcasmes. Pas toujours avec succès. Quand nous rions, nous rions avec elle, pas d’elle. Et nous rions de nous. Avec le soulagement de découvrir que nous partageons nos défauts avec nos frères humains.

    Marie-Thérèse Porchet a du succès parce qu’elle représente l’essence du théâtre: elle nous met face à nos travers en nous en laissant seuls juges. Il ne nous reste plus qu’à nous exclamer, à la manière de Flaubert, un peu contrits aussi, que, oui, parfois, «Marie-Thérèse, c’est moi».

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Un regard estival

    23-07-2024

    Un regard estival

    En attendant, sans hâte, le repos éternel, l’été est propice à une pause qui peut être mieux: un ralentissement. Comme les week-ends et le temps qui suit complies ou le...

    La belle saison impressionniste

    23-07-2024

    La belle saison impressionniste

    Plusieurs accrochages autour du mouvement impressionniste ont lieu durant la saison chaude. L’Hermitage est l’hôte temporaire de la collection Langmatt de Baden. Gianadda confronte Renoir à Cézanne. Enfin, à Winterthour...

    L’automatisation au secours du lait

    23-07-2024

    L’automatisation au secours du lait

    A Genève, ils ne sont plus que quatre à produire du lait contre une vingtaine en 2000. A Genthod, Christophe Baumgartner a opté pour un robot de traite autonome et...

    Le principe des séries

    23-07-2024

    Le principe des séries

    A la fin des années 1880, Monet approfondit le traitement pictural du paysage. Réagissant aussi bien au pointillisme qu’au symbolisme, il lance l’idée des séries. Cette nouvelle grande page de...

    La foi aussi est un sport

    23-07-2024

    La foi aussi est un sport

    Au sortir d’un championnat d’Europe de football et à l’ouverture des Jeux olympiques d’été de Paris, il faut prendre garde à ne pas faire du sport une religion. Mais il...

    TV: Tina: simply the best

    23-07-2024

    TV: Tina: simply the best

    Reine du rock’n’roll, star planétaire, modèle de combativité et de résilience, devenue suissesse dix ans avant sa mort en mai 2023 près de Zurich, Tina Turner mérite bien une soirée...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés